Quelques poèmes - Espace poétique divin

Aller au contenu
Bienvenue
Bienvenue

Écrire la poésie
Lire la poésie
Aimer la poésie
Vivre la poésie
Penser la poésie
Rêver la poésie
J'écris avec mon coeur au plus profond de mon âme
Mon grand moi s'exprime par le Divin
Dans un grand silence et un grand calme
Ma plume compose des quatrains
Tout au long de ma flamme
Poète au grand coeur c'est certain
Parmi d'autres avec un humanisme agréable
Bravo les poètes du genre humain
Qui se laissent lire avec leur oriflamme.

Une retraite à Solesmes

Me voilà parti sur la route vers le Divin
Allant vers ce monastère bénédictin
J'approche de ces moines vivant leur destin
Etant mes amis depuis longtemps c'est certain

J'arrive vers cette forteresse
D'un autre temps, qui ce dresse majestueusement
Début d'une retraite spirituelle qui ne cesse
Dans cette abbaye priant assurément

C'est l'heure des offices divins
Dans cette Abbatiale riche d'histoire
Hôtes et pèlerins affluent sereins
Pour prier et louer Dieu en toute gloire

C'est l'heure des repas, pris avec les moines bénédictins
Dans cette grande salle impressionnante de silence
Nous mangeons copieusement à notre fin
Puis c'est l'heure du prochain office

C'est le moment du retour, quittant ces amis
Nous retournons vers ce monde meurtri
Des gens malheureux y sont soumis
Prions Dieu avec une bille vie infinie

C'est une retraite spirituelle
Où l'on se ressource pour une vie solennelle
L'homme enrichit son âme, c'est sensationnel
C'est constructif et èmotionnel dans cette vie relationnelle.
Dans la forêt
Dans la forêt

Dans cette forêt luxuriante d'arbres féconds
Des fougères masquaient par endroits le sol fertile
Le soleil traversait les arbres en milliers de rayons
Et les feuilles frissonnaient de cette légère brise

Étrange bois et mystérieux bruits s'envolant
Bruit des oiseaux sifflotant gaiement
Malgré ce lugubre silence s'étendant
Dans l'espace de ce domaine vivifiant

Au loin, dans les chaumières
On entendait les chiens aux abois
Les écureuils sautaient de branche en branche
Laissant apparaître leur queue chatoyante

Passent des randonneurs en parlant
Sur un sentier déjà tracé
Entouré d'arbres séculaires
Donnant à cette forêt un semblant de vie légendaire.
Sur le chemin
Sur le chemin

Je m'évade vers cet horizon tracé
Contemplant devant moi cette campagne éclairée
Je marche en toute liberté dans cet espace éclatant de générosité
Oubliant derrière moi les soucis journaliers

Seul avec ce souffle léger je respire l'air parfumé
Je pense à ce moment paisible, seul par pitié
Ode à la nature sans cesse renouvelée
Après le printemps, nature renaissante de beauté

La brise nous porte comme des feuilles envolées
Des corbeaux lugubres croassent, cherchant leur proie en toute festivité
Parmi des oiseaux sifflotant de gaieté
Dans les arbres séculaires aux branchages élancés

Le ciel et parsemé de nuages endimanchés
Le vent caresse mes cheveux dorés
Les talus sont parsemés de haies agréables à regarder
Avec des fleurs sauvages colorées

C'est l'heure du retour après cette randonnée
Laissant derrière moi des instants appréciés
Je reviendrai chaque dimanche ensoleillé
Dans cette campagne enrichissante à rêver
Ma ville
Ma ville

Ô ! ville du Perray
Des Âmes y habitent
Elle te font exister
Reflet de la Commune
Mandatée
Par suffrages exprimés
Perrotins, perrotines
Communauté
À multiples visages
Ton Esprit est fraternité
Profonde estime mutuelle
De liberté et d’égalité
Par ta demeure ici implantée
Tu participes à son développement
Avec respect de l'environnement
Rues vivantes et animées
De par ses institutions
Ses associations, son patrimoine
Ses commerçants, ses artisans
Son Église
Lieux de rencontres
Miroir de la citoyenneté
Clémence de l'humanité
Portes de la forêt
Son étang, sa faune, sa flore
Sont d'une infinie beauté
Tu es qualité de vie
Aujourd'hui et dans l'immortalité
Tu es merveilleuse Ô ! ville du Perray
Accueillante et gaie
Tu es un joyau de la société
Parmi d'autres
Dans l'universalité.

Psy
Psy

Ô ! psychiatre
Médecin de l'âme
Tu accueilles le plus pauvre
Au plus profond de l'abîme
Il est seul
Avec ses angoisses renouvelées
Ses idées morbides
C'est le désespoir, c'est le chaos
Il veut s'endormir pour toujours
Son Esprit est immortel
Il se réveille
Il perçoit des signes
Il reprend confiance
Dialecte du médecin
Psychothérapie sur plusieurs décennies
Enfin il se retrouve lui-même
Cheminement spirituel
Maturité, âge de l'essentiel
Naissance renouvelée
Je suis moi, je suis guéri
Merci, tu es mon ami.
Le ruisseau
Le ruisseau

L'eau scintille en de multiples paillettes
Dans ce ruisseau tortueux et majestueux
Où le fond se tapisse de couleurs d'or
Le soleil avec ses multiples rayons
Fait briller parfois les nageoires des poissons

Le pécheur pêche à foison des truites
Dans l'eau éclatante de fraîcheur
Le bruit sourd de l'eau bourdonne à ses oreilles
Et l'éclabousse en se jetant sur les rochers
Dans ce paysage de montagne en fond de vallée

Autour les vaches paissent une herbe folle
Et s'abreuvent dans le ruisseau
Les oiseaux picorent dans l'herbe coupée
Cherchant leur nourriture pour la journée
Dans cette nature divine et mordorée.
La guerre
La guerre

Pourquoi cette guerre dans ce monde meurtri
Déclarée entre deux patries
Où les bombes sont larguées par milliers
Fauchant des vies dans ces villes tourmentées

Les enfants les premiers touchés
Crient dans ce vacarme leur désespoir
Leurs pleurs évanouissent leur espérance
Blessés dans leur coeur par la folie des hommes

Tombés parfois sous ces obus meurtriers
Morts et sans rien demander par pitié
Enterrés vite par souci d'épidémie
Les enfants blessés et parfois amputés

Dans leur maison détruite et éclatée
On ne trouve plus rien à manger
Les parents tués ou emprisonnés
Font des orphelins dans ces hostilités

Tous ces enfants et ces hommes prient
Pour arrêter les conflits
Pourquoi cette guerre stupide
Dans un monde aux aguets et morbide
Vive la paix, que Dieu nous écoute.
La peine de mort
La peine de mort

Dans ce monde assoiffé de vengeance et de sang
OEil pour oeil, dent pour dent vraiment !
Les justiciers décident de la mort de pauvres gens
Condamnations à tous les vents
Couloir de la mort, hommes et femmes souffrant des années durant
Lapidation des femmes, violemment
Exécution capitale au soleil levant
Failles dans la justice condamnant aussi des innocents
Ces hommes dans le passé ont commis des actes terrifiants
Ont le droit de se reconstruire ou de rester en prison leur vie durant
Que faites-vous de la dignité humaine !
Ont-ils du coeur, ont-ils une Âme ?
Je le crois, cinq pour cent de bon
Les déclarations des droits de l'homme, qu'en faites-vous ?
Que celui d'entre vous qui est sans pêché
Soit le premier à lui jeter la première pierre
Non à la peine de mort !
Sur cette terre
Sur cette terre

Sur cette terre riche d'histoire
Nous promenant en vaine gloire
Généreuse et fastueuse
Cette immensité créée par Dieu
Façonnée de multiples êtres
Vie éphémère sur cette planète radieuse
Où l'amour est porté de roses épanouies
Enivrant par ses odeurs de couleurs
Arc-en-ciel dans cet univers infini
Inondé de soleil qui nous chauffe l'esprit
Toute cette nature riche et embellie
Vivre en ces lieux insoucieux
Le Roi nous porte avec volupté.
Je m'envole
Je m'envole

Je m'envole dans ce ciel azuré
Je m'envole sur cette rose sacrée
Je m'envole toute la matinée
Je m'envole pour me réchauffer
Je m'envole vers le Divin
Je m'envole si Il veut bien
Je m'envole tout habillé
Je m'envole sur cette voie sacrée
Je m'envole poussé par des ailes
Je m'envole non loin de cette hirondelle
Je m'envole aidé de mon ange
Je m'envole vers ce monde étrange
Je m'envole vers ces étoiles scintillantes
Je m'envole vers ces étoiles filantes
Je m'envole vers cet atmosphère de douceur
Je m'envole avec ce vent pousseur
Je m'envole à vitesse constante
Je m'envole en retour sur cette descente
Je m'envole rejoindre cette terre animée
Je m'envole vers cette planète habitée.
En ce monde
En ce monde

Quels sont ces hommes humbles
Qui défendent les valeurs humaines
Dans tous les domaines
Tous les jours, toutes les semaines
Peine de mort, guerres, tortures
Sont des mots qui durent
Qui déferlent sur toute la terre
Dans ce monde pervers
Où Dieu est sincère
Ici-bas dans l'univers
Avec ferveur sur la terre
Prions pour la justice
Et la gloire de Dieu
Au plus haut sommet des cieux
Par ces temps capricieux
Qui empêchent d'être heureux
Sans la justice
Avec tous ces fantaisistes
Merveilleux ou malheureux
Quelles souffrances
Dans ces offenses à Dieu
Prions dans ce monde tumultueux
Paix à nos Âmes
Sans le vacarme des armes.
Prophètes
Prophètes

Un signe nous appelle vers le Seigneur
Levons-nous et écoutons ce signe du coeur
C'est un cri dans toute sa splendeur
Pour faire connaître ses saintes histoires
Prophètes à vos plumes en tout labeur
Préparez-vous pour cette éternelle gloire
Pour ces enfants en quête de savoir
Catéchisme pour ces petits de nulle part
Premier jour accueillis avec espoir
Apprenant l'amour de Dieu avec mémoire
Chantons avec coeur ces chansons divines
Qui embaument nos âmes sublimes
Prions avec ferveur en toute estime
Ouvrons nos coeurs saints et splendides
Dans la gloire de Dieu le Père, le Fils
Et avec le Saint Esprit.
Espoir
Espoir

Ton Âme est blessée, meurtrie
Ton corps un lourd fardeau
Depuis des décennies
Il y passe une infime lumière
Petite lueur, signe d'espérance
L'héritage commence à tressaillir de joie
Grâce à l'amour du prochain
Ton Je se réveille, souffle de vie
Ô ! Âme spirituelle
C'est une faveur du Très Haut
Qui connaît ton amour dans le Secret
Toi Marie-Thérèse, unique dans ce monde
Le Verbe par son esprit
Te dit : aime ton prochain comme toi-même
La lumière éternelle a jailli en toi
Ton Âme est libérée de toute servitude
Le Roi pardonne tes pêchés
Et tu pardonnes à ceux qui t'ont offensée
Tu es délivrée du mal
Tu es sujet et non objet
Tu es transfigurée
La joie rayonne en toi
Ton Moi exalte le Seigneur
Tu as la foi retrouvée
Et tu es appelée à la Sainteté
Par le Sacrement du baptême
Nous témoignerons avec prophétie
Philanthropie de l'humanité.
Lori ma chienne
Lori ma chienne

Lori, ma chienne bien-aimée
Tu m'as beaucoup apporté
Dans cette vie où il est difficile d’aimer
Où l'amour n'est pas toujours d'actualité
Tes câlins sont preuve de ta sincérité
L'amour de ton maître est preuve de fidélité
Les promenades où tu nous as tant montré
Tes talents pour la chasse nous ont émerveillés
Ta maladie à dix ans nous a séparés
Des pleurs témoins de notre ingénuité
Cette blessure sera à jamais marquée
Je te rejoindrai pour l'éternité.
Le ruisseau
Le ruisseau

L'eau scintille en de multiples paillettes
Dans ce ruisseau tortueux et majestueux
Où le fond se tapisse de couleurs d'or
Le soleil avec ses multiples rayons
Fait briller parfois les nageoires des poissons

Le pécheur pêche à foison des truites
Dans l'eau éclatante de fraîcheur
Le bruit sourd de l'eau bourdonne à ses oreilles
Et l'éclabousse en se jetant sur les rochers
Dans ce paysage de montagne en fond de vallée

Autour les vaches paissent une herbe folle
Et s'abreuvent dans le ruisseau
Les oiseaux picorent dans l'herbe coupée
Cherchant leur nourriture pour la journée
Dans cette nature divine et mordorée.

Retourner au contenu